Expert en photo par drones (voir son site)

Le court métrage que j’ai produit en 2018, « I am Fragile » faisait partie de l’Ocean Film Festival World Tour et a été projeté dans de nombreux cinémas à travers le monde (Australie, Nouvelle-Zélande, Belgique, Italie, Royaume-Uni) avec quelques dates et lieux dans chaque pays, lui donnant une visibilité jamais imaginée auparavant

Depuis l’ouest du Groenland, j’ai parcouru 6 000 km en huit semaines au Nunavut pour explorer et documenter la faune de l’Arctique sur l’île Devon, l’île Bylot, l’île Baffin, l’île Somerset et le grand détroit de Lancaster, dans le but d’assister: documenter et protéger.

En même temps que j’y étais, le 14 août 2017, le gouvernement du Canada et le Nunavut ont convenu de créer l’aire marine nationale de conservation, la plus grande aire protégée au Canada appelée Tallurutiup Imanga. Mais l’objectif de protéger 10% d’ici 2020 reste encore loin. Ce fut une grande réussite, mais en 2016, seulement 4,7% des zones marines de l’Arctique étaient protégées.

Le summum de mon expédition de reportage fut sans aucun doute mes rencontres intimes avec ces animaux majestueux mais doux. Pour moi, il n’y a pas de meilleur sentiment que d’être proche de ces magnifiques mammifères, de partager un espace avec eux. Je me souviendrai toujours du moment où j’ai vu mon premier ours polaire, j’ai pleuré pendant les trois heures où nous sommes restés près d’eux. Je l’ai découvert en train de nager et au moment où j’ai quitté mes jumelles pour l’annoncer à notre capitaine, je pleurais déjà.

Quand je me retrouve dans l’Arctique éloigné, coexistant en harmonie avec la faune qui y habite, je sais que c’est là que tout prend tout son sens. Je le sais parce que je le sens profondément en moi. C’est une ambiance profonde qui consume mon corps et mon âme dans son intégralité. En ce moment, l’envie de créer une image dont je me souviendrais pour le reste de ma vie avec un message fort pour la protéger me vient naturellement.

Ces moments sont précieux pour moi, quelque chose se passe en moi. C’est pour ça que je vis. Quand je photographie, je suis ailleurs. C’est, je suppose, ce qui constitue comme passion, ma passion de servir la conservation de la faune arctique.

Je crois et j’aspire à apporter une nouvelle perspective de capture de la faune que nous connaissons déjà bien de la photographie traditionnelle. Je crois que ces images nous permettent d’observer et de documenter leurs comportements sous un nouvel angle et une nouvelle approche, révélant les animaux dans leur intégralité ainsi que dans un habitat et un paysage plus larges, d’une manière inédite, une nouvelle façon d’apprendre sur le blanc partie nord de notre planète. Il est plus que temps d’agir et je veux que ma photo aide la conservation à créer plus d’aires marines de conservation.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s